On The Tunisian Roads : 70 km with two smugglers

Lost and carried away by the infinite roads, in the heart of the Tunisian desert, a long adventure has begun: taken by our own wishes and by the paths that lead to it. This is how we realized that it was not always up to us to choose our destiny, torn by the dilemma between staying, continuing without means in an immense desert, or giving up. But as we say, alone, we go faster, but at two we go further, especially when the company is .. a bit peculiar.

After enjoying the splendor of Ksar Ghilane, the southernmost Oasis of Tunisia and one of the doors of the Tunisian Sahara, a moment of relaxation was imposed before we decided to continue our road trip towards new destination. When one speaks of destiny, it is to say that there is no following stop to the program: it would be the unknown direction of the next hitchhiking; sometimes you have to let your instinct and desire to do things.

Ten kilometers on foot : this was the distance we had to travel to reach the only asphalt road, passing through a few species of sheet metal houses, where the only source of income for their inhabitants is the illegal sale of fuels.

Photo : One of the differences between the equipment of the road leading to the oasis and the residence of a local resident : the difficulty of dealing with the problem of unbalanced development, especially as a result of the worsening of the crisis economic and social congestion that many segments of the youth undergo because of poverty and unemployment of populations in poor southern border regions, which explains the regional manifestations in the province of Tataouine, which claim a share of the wealth natural, intensified as evidenced by demonstrations where slogans say “Where is oil?”

 

Two hours of waiting without any sign of life, in an empty place, vast, infinite, reveal the other face of the desert. Alone in the world, we decide to hang on to the first mean of transport that passes, a truck, a car or even a tractor. The essential thing is to move.

The National Guard has been a good help to us during a surveillance patrol : a few questions and they decide to give us a hand. We are offered to drive in their 4*4 to another road, where the chances of falling on passersby to continue the adventure will be greater.

Thirty minutes later, a truck appears, a small glimmer of hope that does not last long : the back is filled with cans of fuel, smugglers. We momentarily took a step back, seduced by the idea of ​​adventure, but here the risk is great.

Nevertheless, we felt the adrenaline rush when the truck stopped, and the driver offered his help.

The moment of reflection was intensified : take the risk and accept their help to go to Tataouine, or stay on the edge of a totally deserted road. But after all, if they wanted to harm us, they would not have bothered to offer help. They could do whatever they please, without the presence of a soul witness, forgotten that we were in the middle of nowhere.

After a little behavioral analysis, the choice is made: go for the proposed help. We board the contraband truck. The co-pilot helped us put our luggage over the cans.

Let the adventure begin and may the luck be on our side; given the impetuosity with which the driver drives, we will need it.

In the truck, there were only two places that included the driver’s, which pushed the smugglers to a typical and usual solution : the two men will share the driver’s seat, and we two the other seat!

The road resumes silently, and it seems that they themselves are not quite convinced to have strangers with them. On our side, we are also a little afraid, especially after our meeting with the National Guard : we are now on the other side of the chessboard between “good and bad”.

 

The discussion begins with the usual questions about our origins, and what are we doing alone in a place like this …

“We have 70 km to reach Tataouine, and I’m in charge (he talks about the cans) so I can not cross the city’s borders. I will drop you 10 km before. If you do not find a hitchhiking there, I will go back to you after the ‘’emptying”, or I will send you one of my contacts to pick you up” said the driver while he is speeding up.

They must drive at speeds above 150 Km / hour so that the car and the license plate are not captured or identifiable to the eye.

 

And this, is according to the driver ; his companion is more discreet, he speaks or laughs sarcastically, but on rare occasions.

We find the courage to ask them more about the subject of their field, that was relatively developed in Tunisia.

“It’s an ocean my friend .. Smuggling is an another world; it’s a way of life. The error can be fatal. Moreover, yesterday on this same road, a friend was caught by a cadre of the Ministry of the Interior who came on vacation with his family… This area can be risky” He said that and suddenly change direction to borrow the trail to the left and leave the main road.

Throughout the road, we observe the installation materials of a new oil transportation channel coming from the south and over a distance of more than 300 km.

Explanations continue as the discussion proceeds : camouflage techniques may vary depending on the nature of the merchandises being transported, ranging from fuels to weapons, archeological items, jewelry, diamonds, cash, drugs, and even human beings.

 

In the dust cloud that surrounds the truck, we learn that the cycle of smuggling passes through several stages from a smuggler from one country to the partner of the other country who collects the fuel, until the specialized smuggler reaches the distributor for the final distribution to the small sellers who sell individually or to gas stations without a permit, that’s why crossing the borders taking advantage of the aggravation of the security chaos in the zones of armed conflict under the banner of organized gangs or random groups, the drivers are gradually replaced by others, in order to avoid being recognized. Moreover, their extensive knowledge of the routes to be taken that they can easily avoid the National Guard, even if according to him they even have contacts within the State that help them by providing information or by protecting them to facilitate their passage sometimes even at official border crossings points.

When lawsuits occur, smugglers have their escape routes with free speed to escape, especially when they face firing !

There are areas geographically declared “safe” and “guard free” where we meet some kinds of houses or garages to take shelter and spend hours, until the atmosphere calms down and before resuming the road.

 

Fuel smuggling networks from Algeria to Tunisia use donkeys or camels as a means of camouflage because of a rugged mountain range. The smuggling of Algerian fuel therefore increases the price of donkeys in Tunisia. The networks can use trucks or cars with large tanks because of the large number of Algerian and Libyan tourists coming to Tunisia, and these tourists usually use family cars with an additional tank.

They smuggle quantities of fuel allowing them to travel without having to obtain supplies from Tunisian petrol stations.

This illegal sector is still controlled by a network of big heads of the Republic, businessmen or even the mafia according to our fellow travelers. They share “the sectors of this market” with each other ; there are also so-called barriers to entry, people working in this field must pass several tests of confidence, courage and take risks before being admitted as one of the carriers among the rest of the band .

Merchandise trade must happen very quickly, in record times and usually on hidden tracks between mountains, where the telephone network is absent, and otherwise using other people’s SIM cards and which must be destroyed soon after every call to avoid the traceability of transactions made in the middle of nowhere, places so unlikely that even the most cunning can not guess.

 

“Take this for yourself,” he says, offering us a bottle of traditionally preserved dates. “It will allow you to have energy, it is necessary in order to spend a few days here in this desert.”

At one point, he asks us to close our phones for a few minutes, while he just received a message on his luxury iPhone, of course.

He shows us a 9.5 thousand Tunisian Dinars fine, issued against our driver, for smuggling, but he adds – always with his smile – “it’s nothing in front of the recipe I’m going to receive today, that the bribes I can pay too many times (he talks about corruption). “

 

With the differences and fluctuations in fuel prices, this trade is profitable and offers attractive financial returns. In some cases, the population can not do without it, especially in the absence of development programs or investment projects in certain areas that alleviate poverty and absorb unemployment that is clearly applicable to the people of the south of the country. Tunisia compared to the capital or large states such as Sfax, Sousse, Gabes and Mahdia. Some Tunisian families present themselves as specialists in the trade of fuels.

 

For the money, the smugglers, have several bank accounts in their own name or those of other members of their families, that allows to distribute the amount of the receipts in several parts and thus to avoid attracting the attention in a useless way. The rest of the money often stays hidden in their homes.

 

We are again on a road between the mountains of the old, almost-abandoned Berber village of “Guermessa”, where the smugglers quickly drop us and go back to the drain. They leave us a number on which they will be reachable after 30 minutes exactly if we have not found any transport.

 

Twenty-two minutes later, a trax stops and took us at a speed of 20 km / hour this time, but probably it is wiser than relive a risk like this: enough adventures for today hui.

Thirty-one minutes later, my phone rings: it’s our friend the smuggler making sure that everything is fine on our side, leaving me in a cloud of questions about what could happen to us ?

And our questions still hang : what is his interest in all this : using us to camouflage, or finally, these outlaws do they show us that above all, they remain helpful and generous despite and beyond the risks and crimes they commit ?

Fuel smuggling : 

 

  • 30% of the total market.
  • 400 million dinars / year of loss of revenue for the state in terms of tax and social security contributions.
  • Mobilization of 20,000 people.
  • Between 100 and 150 barons of fuel smuggling.
  • Increase in fuel smuggling from less than 10% before 2011 to more than 30% after.

SIGMA Conseil

 

Oasis of southern Tunisia located on the eastern limit of the Grand Erg Oriental.


Sur les routes tunisiennes : 70 Km avec deux contrebandiers

  Perdus et emportés par les routes infinies, au cœur du désert tunisien, une longue aventure s’est entamée : emportés par nos propres vœux et par les chemins qui y mènent. C’est ainsi que l’on a réalisé que ce n’était pas toujours à nous de choisir notre destin, tiraillés par le dilemme entre rester, continuer sans moyens dans un désert immense, ou bien abandonner. Mais comme on dit, seuls, on va plus vite, mais à deux on va plus loin, surtout lorsque la compagnie est.. un peu particulière. 

 

Après avoir profité de la splendeur de Ksar Ghilane, l’Oasis la plus méridionale de Tunisie et l’une des portes du Sahara tunisien, un moment de détente s’est imposé avant qu’on ne décide de continuer notre road-trip vers une nouvelle destination. Quand on parle de destin, c’est dire qu’il n’y a pas d’arrêt suivant au programme : ce serait la direction inconnue du prochain autostop ; parfois, il faut laisser son instinct et l’envie faire les choses.

Dix kilomètres à pieds : c’était la distance que nous devions parcourir pour arriver à la seule route goudronnée, en passant par quelques espèces de maisons en tôles, où l’unique  source de revenus pour leurs habitants est la vente illégale de carburants.

Photo : L’une des différences entre l’équipement de la route menant à l’oasis et la résidence d’une résidente locale : la difficulté de faire face au problème du développement déséquilibré, en particulier du fait de l’aggravation de la crise économique et de la congestion sociale que de nombreux segments de la jeunesse subissent en raison de la pauvreté et du chômage des populations des régions frontalières pauvres du sud, ce qui explique les manifestations régionales dans la province de Tataouine, qui réclament une part de la richesse naturelle, se sont intensifiées comme en témoignent les manifestations où des slogans disent “Où est le pétrole ?”.

 

Deux heures d’attente sans aucun signe de vie, dans un endroit vide, vaste, infini, révèlent l’autre face du désert. Seuls au monde, on décide de s’accrocher au premier moyen de transport qui passe, un camion, une voiture ou même un tracteur. L’essentiel est de bouger.

La garde nationale nous a été d’une bonne aide, lors d’une patrouille de surveillance : quelques questions et ils décident de nous donner un coup de main. On nous offre de nous conduire dans leur 4X4 vers une autre route, où les chances de tomber sur des passants pour continuer l’aventure seront plus grandes.

Trente minutes plus tard, un camion apparaît, petite lueur d’espoir qui ne dure pas longtemps : l’arrière est rempli de bidons de carburant, il s’agit bien de contrebandiers. On a pris momentanément du recul, séduit par l’idée de l’aventure, mais là, le risque est grand.

Néanmoins, nous avons senti l’adrénaline monter lorsque  le camion s’est arrêté, et le conducteur nous a proposé son aide.

Le moment de réflexion s’est intensifié : prendre le risque et accepter leur aide pour aller à Tataouine, ou bien rester au bord d’une route totalement déserte. Mais après tout, s’ils nous voulaient du mal, ils n’auraient pas pris la peine de proposer de l’aide. Ils pourraient nous faire ce que bon leur semble, sans la présence d’une âme témoin, oubliés que nous étions au beau milieu de nulle part.

Après une petite analyse comportementale, le choix est fait : va pour l’aide proposée. On monte à bord du camion de contrebande. Le co-pilote nous a aidé à mettre nos bagages au-dessus des bidons.

Que l’aventure commence et que la chance soit de notre côté ; vu l’impétuosité avec laquelle le chauffeur conduit, nous en aurons bien besoin.

Dans le camion, il n’y avait que deux places y compris celle du conducteur, ce qui a poussé les contrebandiers à opter pour une solution clairement typique et habituelle : les deux hommes partageront la place du conducteur, et  nous deux l’autre siège !

Le trajet reprend silencieusement, et il semble qu’eux-mêmes ne sont pas tout à fait convaincus d’avoir des étrangers avec eux. De notre côté, nous avons aussi toujours un peu peur, surtout après notre rencontre avec la garde nationale : nous sommes désormais de l’autre côté de l’échiquier entre « les bons et les méchants ».

 

La discussion commence par les questions habituelles sur nos origines, et ce que l’on faisait seuls dans un endroit pareil…

“Il nous reste 70 Km pour atteindre Tataouine, et je suis chargé (il parle des bidons) donc je ne peux pas franchir les frontières de la ville. Je vais vous déposer 10 Km avant. Si vous ne trouvez pas un autostop là bas, je retourne vers vous après la «vidange», ou bien je vous enverrai l’un de mes contacts pour vous prendre”, a dit le conducteur en accélérant.

Il faut qu’ils roulent à des vitesses supérieures à 150 Km/heure pour que la voiture et la plaque d’immatriculation ne soient pas captés ou identifiables à l’oeil nu.

 

Et ce, d’après le conducteur ; son compagnon, lui, est plus discret, il parle ou rit sarcastiquement, mais à quelques rares occasions.

Nous trouvons le courage de les interroger davantage au sujet de leur domaine, relativement développé en Tunisie.

“C’est un océan mon ami.. La contrebande c’est un autre monde ; il s’agit d’un mode de vie. L’erreur peut être fatale. D’ailleurs, hier sur cette même route, un ami s’est fait prendre par un cadre du ministère de l’intérieur venu en vacances avec sa famille… Cette zone peut être risquée”  Il dit ça et brusquement, change de direction pour emprunter la piste à gauche et laisser la route principale.

Tout au long de la route, nous observons les matériaux d’installation d’un nouveau canal de transport de pétrole venant du sud et sur une distance de plus de 300 Km.

Les explications continuent, au fil de la discussion : les techniques de camouflage peuvent varier selon la nature des marchandises transportées, allant du carburants aux armes,  des pièces archéologiques en passant par des bijoux, des diamants, du cash, de la drogue, voire même des êtres humains.

 

Dans le nuage de poussières qui entoure le camion, nous apprenons que le cycle de la contrebande passe par plusieurs étapes à partir d’un contrebandier d’un pays au partenaire de l’autre pays qui collecte le carburant, jusqu’à ce que le contrebandier spécialisé parvienne au distributeur pour la distribution finale aux petits vendeurs qui vendent individuellement ou à des stations-service sans permis, c’est pour ça qu’en passant par les frontières en profitant de l’aggravation du chaos sécuritaire dans les zones de conflits armés sous la bannière de bandes organisées ou de groupes aléatoires, les chauffeurs sont remplacés au fur et à mesure par d’autres, et ce afin d’éviter qu’ils soient reconnus. Par ailleurs, leur connaissance extensive des routes à emprunter  qu’ils peuvent facilement éviter la garde nationale, même si selon lui ils ont même des contacts au sein de l’Etat qui les aident en leur fournissant des informations ou bien en les protégeant pour faciliter leurs passages parfois  même aux postes de  passages frontaliers officiels.

Lorsque des poursuites surviennent, les contrebandiers ont leurs routes de fuite à vitesse libre pour s’échapper, notamment lorsqu’ils doivent affronter des tirs !

Il existe des zones géographiquement déclarées “safe” et “ garde free” où l’on rencontre des  sortes de maisons ou garages pour se mettre à l’abri et passer des heures, en attendant que l’ambiance se calme et avant de reprendre la route.

 

Les réseaux de contrebande de carburant d’Algérie à la Tunisie utilisent des ânes ou des chameaux comme moyen de camouflage en raison d’une chaîne de montagnes accidentée. La contrebande de carburant algérien augmente donc le prix des ânes en Tunisie. Les réseaux peuvent utiliser des camions ou des voitures avec de grands réservoirs en raison du grand nombre de touristes algériens et libyens venant en Tunisie, et ces touristes utilisent généralement des voitures familiales avec un réservoir supplémentaire.

Ils acheminent en contrebande des quantités de carburant leur permettant de voyager sans avoir à s’approvisionner auprès des stations-service tunisiennes.

Ce secteur illégal est quand même contrôlé par un réseau des grosses tête de la République, des hommes d’affaires ou même par la mafia selon nos compagnons de voyage. Ils se partagent “les secteurs de ce marché” entre eux ; il y a aussi ce qu’on appelle des barrières à l’entrée, les gens qui travaillent dans ce domaine doivent  passer plusieurs tests de confiance, courage et prendre des risques avant d’être admis comme un des transporteurs parmi le reste de la bande.

Les échanges de marchandises doivent se passer très rapidement, dans des temps records  et généralement sur des pistes cachées entre les montagnes, où le réseau téléphonique est absent, et sinon en utilisant des cartes SIM d’autres personnes et qu’il faut détruire rapidement après chaque appel afin d’éviter la traçabilité des transactions faites au milieu de nulle part, des endroits tellement improbables que même les plus rusés ne sauraient les deviner.

 

“Prenez ça pour vous”, dit-il en nous offrant une bouteille de dattes conservées traditionnellement. “Ça vous permettra d’avoir de l’énergie, c’est nécessaire afin de pouvoir   passer quelques jours ici dans ce désert.”

A un moment,  il nous demande de fermer nos portables pour quelques minutes, alors qu’il vient de recevoir un message sur son Iphone de luxe, bien évidemment.

Il nous montre une amende de la valeur de 9.5 milles dinars tunisiens, émise contre notre chauffeur, pour actes de contrebande, mais il ajoute -toujours avec son sourire – “c’est rien devant la recette que je vais recevoir aujourd’hui, ainsi que les pots de vin que je peux payer aussi des fois (il parle de la corruption).’’

 

Avec les différences et les fluctuations des prix du carburant, ce commerce est rentable et offre des rendements financiers intéressants. Dans certains cas, la population ne peut pas s’en passer, surtout en l’absence de programmes de développement ou de projets d’investissement dans certaines zones qui atténuent la pauvreté et absorbent le chômage qui est clairement applicable aux habitants du sud de la Tunisie par rapport à la capitale ou aux grands États tels que Sfax, Sousse, Gabès et Mahdia. Certaines familles tunisiennes se présentent comme des spécialistes du commerce des carburants.

 

Pour l’argent, les contrebandiers, ont plusieurs comptes bancaires en leur nom propre ou bien à ceux d’autres membres de leurs familles, cela permettant de répartir le montant des recettes en plusieurs parties et d’ainsi éviter d’attirer l’attention de manière inutile. Le reste de l’argent reste souvent caché dans leurs maisons.

 

Nous sommes de nouveau sur une route entre les montagnes de l’ancien village berbère quasi-abandonné de “Guermessa”, où les contrebandiers nous déposent rapidement et reprennent la piste pour aller faire la vidange. Ils nous laissent alors un numéro sur lequel ils seront joignables après 30 minutes exactement si jamais nous n’avons pas trouvé de transport.

 

Vingt-deux minutes plus tard, un trax s’arrête et nous a emmené à une vitesse de 20 km/heure cette fois-ci, mais sans doute est-ce plus sage que revivre un risque pareil : assez d’aventures pour aujourd’hui.

Trente et une minutes après, mon téléphone sonne :  c’est notre ami le contrebandier qui s’assure que tout va bien de notre côté, en me laissant dans un nuage de questions sur ce qui pourrait nous arriver ?

Et nos questions planent encore :  quel est son intérêt dans tout ça :  nous utiliser pour se camoufler, ou bien finalement, ces hors la loi ne nous montrent-ils pas qu’avant tout, ils restent serviables et généreux malgré et au-delà des risques et des crimes qu’ils commettent ?

Contrebande des carburants :

  • 30% du total du marché.
  • 400 millions de dinars/an de manque à gagner pour l’Etat en termes d’entrées fiscales et sociales.
  • Mobilisation de 20 000 personnes.
  • Entre 100 et 150 barons de contrebande de carburants.
  • Elévation de la contrebande de carburants de moins de 10% avant 2011 à plus de 30 % après.

SIGMA Conseil

 

Oasis du sud de la Tunisie située sur la limite est du Grand Erg oriental.


The weaving of esparto: when tradition mixes with passion

The craftswomen with Golden Hands

The passion for weaving esparto was born a very long time ago amongst women in Hergla, the small picturesque village located twenty kilometers away from the city of Sousse.

Known primarily for its natural, robust and hardy appearance, esparto, or Halfa in Arabic, is a perennial herbaceous grass native to the arid steppe regions of southern and southwestern Tunisia.

A tradition of weaving esparto has seen light in Hergla by the women of the city who inherited this work from their ancestors; for decades now, this manual work has been passed down from mother to daughter, and sometimes but less often, from father to son.

Aged 58, widow and mother to 4 children, Faouzia has been braiding esparto for twenty-five years now. This ancestral manual tradition that requires learning a few weeks: it was with her parents-in-law that Faouzia has learnt it, and has since passed on the work to her two daughters, Amel and Nesrine. Since their childhood, the two girls have always tried to imitate their mother and began to make scourtins especially during their holidays.

In Hergla, the weaving of esparto is a daily ritual.

First, Faouzia buys, like all the other women in the village, halfa from vendors or wholesalers who regularly frequent the city, in tight stocks at about 3 dinars: the plant delivered is always stiff and dry. Then the women go out, daily, draped in their bright red Takhlila, with halfa stocks on their heads, from the village to the sea, to soften the fibers by plunging them into the sea all night long.

As for Faouzia, often soaks the halfa in large basins for a whole night, ensuring a similar effect: because Faouzia who can not swim, is afraid of losing her halfa by going to the rocky coast of Hergla

When the halfa becomes supple and easier to handle, she settles with her daughters in the “skifa”, in this large Mosque square, around a cafe, where they begin to weave the stems of esparto, with the same passion and energy, under the burning summer sun or icy sea wind during winter.

At the beginning, Faouzia only learned to braid mats and scourtins. These were mainly used in traditional oil mills that used to grind wheels and scourtins to extract oil from olives. But this mode of extraction has given way to industrialization in the production of olive oil in Tunisia, which is one of the world’s top leaders in the production of olive oil.

Over the years, and thanks to the help and creativity of her daughters, they have diversified and let their inspiration guide them to produce both authentic and trendy items that meet different needs: baskets, bags, mats, tables with a more artisanal side, with purely decorative objects, such as keychains or lucky fish in halfa.

This evolution, however, did not undermine the principle of making creations that are both ecological, sustainable and supportive.

These revisited items modernized with various patterns or bright colors – but developed with natural hues – are always exposed in front of their small house located at the top of the city, in Echorfa.

It’s in this corner of the city, that we meet the different artisanal productions combining authenticity, modernity and innovation, all made by these Hergla women with golden hands, who all share the same passion for this activity.

The fruits of the sweat and passion of these “artists” have fascinated the visitors of this small paradise village, and appeal to Tunisian customers as well as foreigners. There are those who are content with a simple souvenir, a keychain or a small traditional basket. But there are also those who order dozens or hundreds of pieces, which will be resold everywhere in Tunisia and abroad.

However for Faouzia, the making and selling of these products can not guarantee to support her family. Sometimes, they spend days without selling anything, and at the end of the day, the halfa trade brings them only a very limited and uncertain income.

Faouzia has succeeded in passing on this ancestral craftsmanship in basketry and esparto to her two daughters, who today modernize this activity and market their own “revisited” products.

On the other hand, the majority of young people in the city are mostly reluctant to take over their elders, as long as the work of esparto is not considered a source of fixed money, stable and to live decently.


Le tressage de l’alfa : Quand la tradition se conjugue avec la passion..

Les artisanes aux mains d’or

Une passion pour le tressage d’alfa a vu le jour il y a plusieurs années chez les femmes d’Hergla, petit village pittoresque -devenu ville -, situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Sousse.

Connu surtout pour son aspect naturel, robuste et rustique, l’alfa – de l’arabe Halfa -, est une graminée herbacée pérenne, originaire des régions arides des steppes du sud et du sud-ouest de la Tunisie. Il s’est alors créé à Hergla une tradition du tissage de l’alfa, par les femmes de la ville qui ont hérité ce savoir-faire de leurs ancêtres : depuis des décennies, désormais, ce travail manuel se transmet de mère en filles, et parfois même, mais moins souvent, de père en fils.

Âgée de 58 ans, veuve et mère à 4 enfants, Faouzia tresse depuis vingt-cinq ans l’alfa. Cette tradition manuelle ancestrale qui nécessite un apprentissage de quelques semaines : c’est avec ses beaux-parents que Faouzia l’a appris, et l’a depuis, transmis à son tour à ses deux filles, Amel et Nesrine. Depuis leur enfance, les deux fillettes ont toujours essayé d’imiter leur mère et ont commencé à fabriquer des scourtins surtout durant leurs vacances.
À Hergla, le tressage de l’alfa est un mode de vie quotidienne, avec ses rituels propres.
Dans un premier temps, Faouzia achète, comme toutes les autres femmes du village, l’alfa chez les vendeurs/grossistes qui fréquentent régulièrement la ville, en bottes serrées à environ 3 dinars : la plante livrée est toujours raide et sèche. Alors, les femmes se dirigent, chaque jour, drapées dans leurs Takhlila rouge vif, avec les bottes d’Alfa sur la tête, du village vers la mer, pour assouplir les fibres en les plongeant dans la mer durant toute la nuit. Quant à Faouzia, elle se contente le plus souvent de tremper l’alfa dans de grandes bassines pendant toute une nuit, garantissant un effet similaire : et en plus, Faouzia qui ne sait pas nager, a peur de perdre ses bottes en allant sur la côte rocheuse de Hergla faire tremper l’alfa.

Quand l’alfa devient souple et plus facile à manipuler, elle s’installe avec ses filles dans la « skifa », sur cette grande place de la mosquée, autour d’un café, où elles commencent à tresser les tiges d’alfa, avec la même passion et énergie : sous le lourd soleil d’été ou quand le vent marin se fait glacial en hiver.
Au début, Faouzia n’a appris qu’à tresser des nattes et des scourtins. Ces derniers étaient principalement utilisés dans les moulins à huile traditionnels qui utilisaient les meules et les presses à scourtins afin d’extraire l’huile des olives. Mais ce mode d’extraction a laissé place à l’industrialisation dans la production d’huile d’olive en Tunisie, l’un des leaders mondiaux pour la production d’huile d’olive.

Au fil des années, et grâce à l’aide et la créativité de ses filles, elles se sont donc diversifiées et ont laissé leur inspiration les guider pour produire des articles à la fois authentiques et « trendy », qui répondent à différents besoins : des corbeilles, couffins et paniers, des sacs à charbon et légumes secs, des paillassons, poufs ou tables, mais aussi tout un volet plus artisanal, avec des objets purement décoratifs, comme des porte-clés ou des poissons « porte bonheur » en Alfa.

Cette évolution n’a cependant pas entamé le principe d’une confection de créations à la fois écologiques, durables et solidaires.

Ces articles revisités et remis aux goûts du jour avec des motifs divers ou des couleurs vives – mais développés avec des teintes naturelles -, sont toujours exposés devant leur petite maison située en haut de la ville, à Echorfa. C’est dans ce coin de la ville, que l’on rencontre les différentes productions artisanales combinant l’authenticité, la modernité et l’innovation, toutes confectionnées par ces femmes hergliennes aux mains d’or, qui partagent toutes la même passion pour cette activité.

Les fruits de la sueur et de la passion de ces « artistes » ont fasciné les visiteurs de ce petit village paradisiaque, et séduit la clientèle aussi bien qu’en Tunisie qu’à l’étranger. Il y a ceux qui se contentent d’un simple souvenir, une porte clé ou un petit couffin tradi-moderne, mais il y a également ceux qui commandent par dizaines ou centaines de pièces, qui seront revendues partout en tunisie, et bien au-delà, à l’étranger.

Cependant, pour Faouzia, la confection et la vente de ces produits ne peuvent pas garantir de faire vivre une famille. Parfois, elles peuvent passer des jours et des jours sans rien vendre : le commerce de l’Alfa ne lui apporte qu’un complément de revenus.

Faouzia a réussi à transmettre son savoir-faire ancestral en vannerie et en sparterie à ses deux filles, qui aujourd’hui modernisent cette activité et commercialisent leurs produits « revisités ». En revanche, la majorité des jeunes de la ville rebutent le plus souvent à prendre la relève de leurs aînés, tant que le travail de l’Alfa n’est pas considéré comme une source d’argent fixe, stable et permettant de vivre décemment..